Pour dire toute la vérité, j’ai connu Susi à travers son blog. Et je n’ai jamais rencontré en personne cette libertine allemande. L’interview s’est déroulée par internet. Très vite, je me suis aperçue que cette dame qui va bientôt atteindre la cinquantaine voyageait beaucoup, toujours motivée par le libertinage.

libertine Allemagne

Cet entretien est donc l’occasion de revenir non seulement sur la vie sexuelle trépidante de Susi, mais aussi de lui demander son avis sur les communautés libertines d’une bonne partie de l’Europe. Ce qu’elle a à dire sur la France du libertinage n’est pas toujours flatteur.

voir le blog de Susi

Le libertinage en Allemagne

Indiana – Tu es libertine depuis longtemps ?

Susi – Voyons… Je viens tout juste de fêter mes 49 ans. J’ai du commencer au milieu de la trentaine. Je dirais que ça fait quelques chose comme quinze ans. Je n’ai pas vraiment compté les années. Pour être honnête, je me suis toujours sentie libertine. C’est la rencontre avec mon chéri qui m’a fait en prendre totalement conscience.

I – Il était déjà libertin ?

S – Non, en tout cas, il ne fréquentait pas plus les clubs que moi. Mais notre complicité nous a permis de parler. Et le fait de parler entre nous nous a permis de passer à l’acte.

libertinage Europe

I – Vous avez commencé ensemble, donc ?

S – Nous sommes allés dans un sauna libertin. L’expérience nous a plu. Nous y sommes retournés. Puis nous avons découvert d’autres endroits, d’autres pratiques. En Allemagne, le libertinage est un milieu assez ouvert. Tout le monde se croise à un moment donné : les gays, les fétichistes, les BDSM. Tout ça est très accueillant. Nous y avons trouvé comme une sorte de famille… un peu perverse, je te l’accorde !

La vie libertine d’une mère de famille allemande

I – Tu tiens un blog assez coquin. Est-ce que, pour toi, ça va de paire avec le libertinage ?

S – Pas forcément. C’est une des facettes de notre sexualité. Je suis libertine, mais je suis aussi exhibitionniste. Et puis, nous avions envie de montrer le libertinage comme il est vraiment : sympathique, ouvert, pas du tout malsain. Enfin, selon moi…

I – Vous êtes échangistes ?

S – Entre autres ! Comme je te le disais, je suis aussi très exhib. Alors, nous sommes échangistes, je suis bisexuelle, je pratique un peu plus rarement la pluralité masculine. Je pratique aussi les relations en couples, sans pénétration, de temps en temps. Je sais qu’il y a un mot en France pour ça.

I – Le mélangisme

S – Si tu le dis ! Les libertins français ont tendance à mettre un mot sur tout. Chez nous, c’est moins compliqué, je trouve.

Une libertine allemande découvre l’Europe

I – J’ai vu sur ton blog que vous voyagiez beaucoup. Tu connais le libertinage en France ?

S – Je connais le Cap d’Agde et certains clubs à Paris.

I – Qu’est-ce que tu en penses ?

S – Je ne veux pas me fâcher avec mes amis libertins français… Mais je trouve que, en France, tout est bien plus compliqué. D’ailleurs, au Cap, ce sont les allemands et les libertins du Nord de l’Europe qui mettent vraiment l’ambiance. Comme je te disais, en France tout est beaucoup plus compliqué. Il y a les échangistes, les candaulistes, les triolistes et plein de mots comme ça. Dans la vie libertine allemande, mais dans les autres pays aussi, on vit ce qu’on a envie de vivre, au moment où ça se présente. On n’a pas tous ces trucs là. Je connais des couples qui ne veulent pas de pénétrations avec d’autres. Mais il n’y a pas de mot spécifique pour ça.

libertine allemande

I – Tu es spécialement critique avec le libertinage français ?

S – Ah non ! A part ça, la France reste le pays du libertinage. Vous avez tout inventé. Mais les autres pays ont fait mieux depuis. Non, je plaisante. Le libertinage français est plus sophistiqué, je dirais. Et donc plus complexe. Moi, je suis une fille simple. Quand quelqu’un me plaît, il ou elle est vite au courant. Chez vous, il y a une gêne à montrer une attirance.

Libertins de tous les pays

I – C’est mieux dans les autres pays européens ?

S – A ce niveau-là, oui. Je connais bien l’Espagne. Les couples espagnols se montrent plus ouverts. En Grèce, ce sont surtout des échangistes du Nord de l’Europe que je fréquente. Et là aussi, c’est plus simple. Mais je ne suis pas en train de critiquer les Français. Il y a plein de bons aspects. Les mecs français sont les meilleurs amants. Enfin, souvent… Et les femmes françaises sont plus bisexuelles. Je dis ça, c’est un raccourci, mais voilà mon ressenti.

partouze allemande

I – Tu as remarqué des pratiques plus fréquentes dans certains pays ? Et moins dans d’autres ?

S – Encore une fois, le libertinage n’est pas aussi cloisonné en Allemagne qu’en France. Et je pense que dans les autres pays non plus. Je dirais que les libertins allemands sont plus paillards. Chez vous, le libertinage est associé à l’image d’un certain luxe. Chez nous, c’est plus cochon. Alors, il y a du bon à prendre des deux côtés. Les couples de Nord de l’Europe entretiennent un rapport plus simple avec la sexualité en général. Cela se ressent dans leur libertinage. ET dans le Sud, c’est plus chaleureux, plus carnavalesque, je dirais.

I – Si tu devais qualifier la vie libertine allemande en un mot ?

S – Paillarde et décomplexée !

https://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/interview-libertine-allemande.jpghttps://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/interview-libertine-allemande-240x240.jpgIndiana toute seuleinterviewsAllemagne,libertinage
Pour dire toute la vérité, j'ai connu Susi à travers son blog. Et je n'ai jamais rencontré en personne cette libertine allemande. L'interview s'est déroulée par internet. Très vite, je me suis aperçue que cette dame qui va bientôt atteindre la cinquantaine voyageait beaucoup, toujours motivée par le libertinage. Cet...