C’est dans la semi-pénombre d’un sauna libertin que nous avons fait la connaissance de Susanne et Jean-Marc. Dans cet établissement, en particulier lors des soirées « couples », il n’est pas rare de voir l’orgie débuter dans le hammam. Mais alors que nous nous affairions à coquiner, Vincent a senti une main masculine lui saisir le sexe. N’étant pas bisexuel, il a repoussé gentiment les caresses.

mélangiste bisexuel

Quelques minutes plus tard, toujours dans le hammam, deux silhouettes d’hommes se sont détachées de la mêlée. Les deux libertins se roulaient une pelle lascive, les mains posées sur les fesses l’un de l’autre. Il se trouve que nous avons gardé le contact avec Susanne et Jean-Marc, un couple mélangiste comme nous, mais bisexuel dans les tous les sens du terme.

NB : les photos de couverture et dans l’interview ne sont que des illustrations

Les premières aventures d’un couple mélangiste

Audrey – Depuis combien de temps êtes-vous libertins ?

Susanne – Depuis notre rencontre. En fait, c’est dans un club échangiste que nous nous sommes rencontrés. Nous étions tous les deux divorcés depuis quelques temps. J’avais 38 ans, Jean-Marc 41 (ils ont aujourd’hui la petite cinquantaine NDLR). Je sortais régulièrement en soirée libertine avec un couple de ma connaissance. Je formais un trio libertin avec eux. Nous avons croisé Jean-Marc, qui fréquentait alors le club, en célibataire. Nous avons noué des liens à ce moment.

Jean-Marc – Pour dire juste, je venais soit accompagné d’une jeune femme que je fréquentais à l’époque, soit tout seul. Je commençais aussi à fréquenter les lieux gays. Je me suis toujours senti bisexuel. J’aime les belles femmes et les beaux hommes. Bref, ça a tout de suite collé avec Susanne. Je crois qu’elle appréciait que j’assume mon côté bi.

S – Claire et Simon, le couple avec qui je sortais ne se cachaient pas de chercher des femmes comme des hommes bisexuels ou curieux. Alors, nous avons partagé un moment avec l’un d’entre eux. Ça m’a beaucoup excitée de voir deux hommes se sucer l’un l’autre, pendant que je m’amusais avec Claire.

A – Tu as donc toujours su qu’il était bisexuel ?

S – Oui. Et pour tout dire, c’est ça qui m’a plus en premier. Après, notre relation a évolué vers une histoire d’amour. Mais d’abord, c’était les possibilités qu’offrait sa bisexualité qui m’attiraient.

JM – Susanne est bi, elle aussi. Mais dans le milieu libertin, c’est bien mieux accepté.

Naissance d’un couple bisexuel

A – Donc, vous voilà en couple. Et vous continuez le libertinage ?

JM – Il n’ y avait pas trop de raisons d’arrêter (rires). Elle est libertine et bisexuelle, je suis libertin et bisexuel. Nous sommes amoureux. Pourquoi ne pas continuer à nous amuser ?

S – Depuis que nous avons emménagé officiellement ensemble, il ne se passe presque pas un week-end de liberté sans que nous allions en club, en sauna ou dans une sauterie libertine. Pour nous, le libertinage est un mode de vie. Alors, quand les enfants sont chez leur père et leur mère respectifs, on en profite !

A – Avec Vincent, on vous a vus très provocateurs, très chauds. Vous restez pourtant mélangistes ?

JM – Ça dépend. Le plus souvent avec les couples, on s’en tient au mélangisme. Mais on s’autorise à aller plus loin quand l’un et l’autre en avons envie. Par contre, pour moi avec les hommes, c’est différent. Je ne suis pas attiré par la sodomie. Ni comme actif, ni comme passif. Mon homosexualité se limite à des caresses, des baisers et des pipes.

S – Pour tout dire, je ne crois pas que je ne sois pas prête à voir mon homme se faire enculer (il y a un silence). Encore, s’il était actif, je ne dis pas. Mais je crois que j’ai certaines limites de ce côté là… (elle hésite) Attention ! Si vraiment il en avait envie, je le laisse libre, mais je pense que je préférerais ne pas être là.

JM – De toute façon, je n’en ai pas envie.

S – Tu imagines la tête des couples libertins si deux hommes se chevauchaient au milieu d’un club ? (ils rigolent tous les deux)

Bisexualité et libertinage

A – Vous pensez que ce serait mal vu ?

JM – Carrément !

S – Déjà, dans le milieu libertin hétéro, deux hommes qui s’embrassent, se caressent ou se taillent une pipe, c’est mal vu… Alors que deux nanas qui se mangent la chatte, c’est normal, c’est « hétéro ». Mais deux hommes qui se sucent, non. Ça, je n’ai jamais compris.

A – C’est vrai que la bisexualité féminine est courante, alors que masculine…

S – Oui, et encore ! Tu dois le savoir toi aussi. Il y a plein de libertines qui sont bisexuelles parce qu’elles ont l’impression que c’est obligatoire. Mais on sent vite que ce n’est pas vraiment leur truc. Elles doivent penser que ça fait partie d’un lot.

JM – Oui, mais bon… (il cherche ses mots) Quand deux femmes font ensemble ce que je fais avec certains mecs, ça passe sans que personne ne le remarque. Alors que quand tu es un homme bisexuel, ça va créer tout de suite des problèmes !

couple libertin bisexuel

Milieu libertin et homophobie

A – Tu crois qu’il y a beaucoup d’homophobie dans le milieu libertin ?

JM – Je ne crois pas, j’en suis sûr. On coquine souvent avec des couples dont le mec n’est pas bi. Moi, ça ne me pose pas de problèmes. Mais il ne faut pas que ça lui en pose un, à lui. Je veux dire, c’est bon, je ne force personne.

S – Sur les profils des sites de rencontres libertines, on précise qu’on cherche soit un homme bi, soit un couple dont la femme est bi, soit un couple dont les deux sont bi. Et bien , plein de couples nous envoie bouler parce que monsieur n’est pas à l’aise. Après, ça se dit libertins !

JM – Sans compter les remarques désobligeantes. Les mecs, ça les fait bander de voir leurs meufs en 69 avec une autre femme. Par contre, un mec bisexuel, c’est une tantouze. Je dis ça, c’est pas la majorité. La plupart des gars fait comme si de rien n’était. Même si certains, en fait, n’osent pas.

A – Je sais que vous avez une anecdote à nous raconter à ce sujet…

JM – Oui. C’était sur un célèbre site de rencontres. On discute avec un couple de la trentaine. On fixe un rendez-vous pour le samedi, au sauna. Et puis, le lendemain, ils nous contactent à nouveau. C’était elle, toute seule. Elle dit qu’elle croit que son mec est bisexuel, mais qu’il n’ose pas. Bref, elle me demande d’essayer de le tenter. Sans lui forcer la main, mais de voir jusqu’où il pourrait aller.

S – C’est un des meilleurs souvenirs érotiques de ma vie. Nous nous isolés dans une alcôve, ce soir-là. Le gars a accepté que JM le suce. La fille en était carrément ravie, très excitée. Et puis, de fil en aiguille, il a aussi sucé JM. Il a refusé de l’embrasser, mais sinon, c’était parfait. Je peux dire que, cette nuit là, on a vraiment fait un truc à quatre.

http://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/couple-libertin-bisexuel.jpghttp://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/couple-libertin-bisexuel-240x240.jpgAudrey & Vincentinterviewsclubs libertins,gay,libertinage
C'est dans la semi-pénombre d'un sauna libertin que nous avons fait la connaissance de Susanne et Jean-Marc. Dans cet établissement, en particulier lors des soirées 'couples', il n'est pas rare de voir l'orgie débuter dans le hammam. Mais alors que nous nous affairions à coquiner, Vincent a senti une...