Au cours de mes pérégrinations dans les clubs échangistes, j’ai assisté à une scène qui m’a un peu interloquée. Une femme d’une quarantaine d’années suçait les hommes célibataires, tandis que son mari l’encourageait. Puis le couple candauliste a choisi deux mecs et ils sont partis s’isoler. Plus tard dans la soirée, j’ai demandé si je pouvais les rencontrer un jour pour une interview. C’est ainsi que je me suis retrouvée à Saint-Etienne chez Stéphanie et Benoît.

couple candauliste

Le candaulisme en question

Indiana – Comment est-ce qu’on devient candaulistes ?

Benoît – Je ne sais pas si on le devient. On l’est, un point c’est tout. La vraie question, c’est comment est-ce qu’on passe à l’acte. Personnellement, j’ai toujours fantasmé sur le fait de voir ma femme baiser avec d’autres hommes. Le fait est que je suis très amoureux, je trouve que Stéphanie est la plus belle femme du monde. L’idée de l’avoir pour moi tout seul me gêne un peu, à vrai dire.

Stéphanie – En réalité, c’est moi qui ai proposé, un soir, de sortir en club échangiste. Benoît ne s’est pas montré très chaud à cette idée. Il disait qu’il ne se voyait pas me tromper. Et puis, on en a discuté, pour finir par se mettre d’accord. Et là seulement, nous sommes passés à l’acte.

I – Alors, justement comment passe t-on à l’acte ?

S – Un soir, nous sommes finalement partis au D’Lys, un club libertin pas très loin de chez nous. L’idée était de trouver un mec pour un trio. Comme ça je réalisais mon fantasme, et Benoît ne me trompait pas, comme il disait. On a effectivement trouvé un jeune homme qui me plaisait bien. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu.

B – (il l’interrompt) On peut le dire. J’ai eu une panne. Du coup, j’ai juste regardé. Et pendant que je regardais, je me suis aperçu que ça m’excitait de voir un homme prendre en levrette ma chérie. Je me suis mis à bander. Je me suis branlé. Stéphanie m’a demandé de les rejoindre. Mais je suis resté là, à encourager le gars pour bien la niquer.

S – Moi aussi, ça m’excitait. Au bout d’un moment, je lui ai demandé de me traiter de salope. J’adorais le voir se masturber pendant que l’autre me baisait. Finalement, on a joui tous les trois en même temps, ou presque.

Naissance d’un couple candauliste

I – Et vous avez eu envie de recommencer ?

S – Pas tout de suite, en fait. Pendant quelques mois, on a évoqué ce souvenir pendant nos parties de jambes en l’air.

B – Et puis, un jour, je nous ai inscrits sur un site de rencontres échangistes. Comme ça, pour voir, sans la prévenir. Je me suis rendu compte que beaucoup d’hommes de notre région cherchait un couple candauliste pour coquiner. Je lui ai montré quelques profils et on a invité un petit black à venir chez nous.

I – Le black TTBM, c’est un fantasme pour toi, Stéphanie ?

S – Non, pas spécialement. Il nous plaisait à tous les deux, c’est tout.

I – Comment ça s’est passé ?

S – Très bien. Le gars s’est montré très poli, très sympa et ouvert, pas du tout dans le jugement. En plus, c’était vraiment un bon coup. Mais ce soir-là, quelque chose a changé dans notre candaulisme. Je n’étais plus la salope que Benoît partageait. C’était lui le cocu soumis. Je n’ai pas arrêté de lui dire à quel point le gars me baisait mieux que lui.

Candaulisme et sadomasochisme

I – Il y a quelque chose d’un peu sadomaso dans votre relation ?

B – Oui. Ce n’est pas le cas pour tout couple candauliste. Mais chez nous, un peu. Je dis « un peu », car les rôles s’inversent souvent. De temps en temps, je suis le cocu soumis qui doit se branler en regardant sa femme jouir avec d’autres hommes. Parfois, à l’inverse, je suis le dominateur qui prête sa salope. Ça dépend de nos humeurs. Et ça reste toujours un jeu de rôles.

S – Voilà, c’est ça que les hommes doivent comprendre. En rencontrant un couple candauliste, ils rentrent dans un jeu. Ils sont invités dans nos fantasmes de couple. C’est à eux de s’adapter.

I – Jamais Benoît ne participe ?

B – Jamais. Ce n’est pas mon truc.

I – Je crois que vous pratiquez aussi la pluralité masculine ?

S – Oui, de plus en plus. Mais là aussi, parfois je suis la salope, parfois il joue le rôle du cocu humilié. Il faut que les mecs rentrent dans le jeu du jour, sinon, ils dégagent.

Conseils d’un couple candauliste

I – Quels conseils vous donneriez à un couple candauliste débutant ?

B – D’y aller à leur rythme.

S – Et surtout de bien discuter de ce qu’ils veulent et de ce qu’ils ne veulent pas. Le candaulisme, c’est tout de même quelque chose d’un peu délicat. Plus que l’échangisme, à mon avis, parce que ça a ce côté asymétrique.

I – Et aux hommes qui veulent rencontrer des couples candaulistes ?

S – De toujours respecter le fantasme du couple. Après, si ça ne leur plait pas, qu’ils aillent voir ailleurs. Il faut comprendre qu’ils ont une relation avec un couple. Pas seulement avec madame. Et ce n’est pas parce que je suis mal baisée que nous pratiquons le candaulisme, bien au contraire.

https://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/couple-candauliste.jpghttps://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/couple-candauliste-150x150.jpgIndiana toute seuleinterviewscandaulisme,libertinage
Au cours de mes pérégrinations dans les clubs échangistes, j'ai assisté à une scène qui m'a un peu interloquée. Une femme d'une quarantaine d'années suçait les hommes célibataires, tandis que son mari l'encourageait. Puis le couple candauliste a choisi deux mecs et ils sont partis s'isoler. Plus tard dans...