Je fréquente régulièrement une amie plutôt coquine qui, célibataire, multiplie les aventures avec les hommes. Elle me dit tout, ou presque, de sa vie sexuelle. Je dois vous préciser que cette copine fait partie des femmes que l’on dit grosses. C’est d’ailleurs elle qui l’affirme : elle n’est ni ronde, ni obèse, elle est grosse.

sexe femmes obèses

Alors que nous faisions du shopping, et qu’elle trimbalait son 95E de tour de poitrine, nous avons croisé un jeune homme, très beau, très athlétique, de 15 ans de moins que nous (25 ans environ), à qui elle a fait la bise. Après une conversation rapide, tandis que le bellâtre s’en va, je lui demande de qui il s’agit. Elle me répond que c’est un amant à elle. J’ai peine à la croire. Elle m’affirme que ce beau gars n’aime le sexe qu’avec les femmes grosses. L’envie de l’interviewer me prend alors.

NDLR : les images sont des illustrations fournies par Indécentes Voisines

Le sexe, les grosses et moi

Selena – Il paraît que tu aimes les femmes grosses ?

Corentin – Oui, c’est un fait. Aujourd’hui, je l’assume sans problème. Mais, pendant longtemps, je me cachais de ce penchant. C’est une sorte de fétichisme, je suppose. Mais j’aime les gros seins, les gros culs, les grosses cuisses et peu importe si la dame est en surpoids. Après tout, certains aiment les grandes ou les petites, les brunes ou les blondes… Moi, j’aime les femmes grosses, et même très grosses.

S – Sans vouloir te draguer, tu es un beau mec

C – C’est gentil, merci. Mais je ne vois pas bien le rapport. Ou plutôt si : tu te dis qu’un mec baise avec une grosse parce qu’il n’a trouvé personne d’autre. C’est peut-être vrai, pour certains. Mais pas pour moi. J’ai un petit succès avec les femmes. Il m’arrive de coucher avec des filles filiformes. Mais je reste très attiré par les rondes et les obèses. Je m’ennuie même quand je baise avec une fille qui n’a pas assez de formes.

S – Ça a toujours été le cas ?

C – Au lycée, je sortais avec des filles « normales ». Je mets des guillemets, parce que je déteste ce mot. Une fois, j’ai roulé une pelle avec la « baleine de la classe ». C’était horrible pour cette fille, tout le monde se foutait de sa gueule, à cause de son poids. Mais moi, elle me plaisait. J’ai caché notre relation à tout le monde. Elle était trop heureuse de plaire à quelqu’un pour révéler notre secret. J’ai honte de ce que j’ai fait à l’époque. Je la pelotais dans les chiottes du lycée. En tout cas, j’adorais vraiment son corps, j’en rêvais toutes les nuits. En plus, elle était très jolie.

Fétichisme or not fétichisme ?

S – Tu as une idée d’où ça te vient ?

C – Depuis que j’ai fait mon « coming-out », en assumant mon penchant pour les rondeurs, des amis ont essayé de me psychanalyser, façon comptoir de café. Ils (et elles) ont essayé de savoir si ça venait, si ce n’est d’un traumatisme, au moins d’un événement dans mon enfance ou mon adolescence. Le complexe d’Œdipe est hors-sujet, car ma mère est une grande sportive, très fine. Et non, je ne vois rien de spécial. C’est juste une question de goûts.

S – Tu te dirais fétichiste des grosses ?

C – Justement, je ne pense pas, non. Sauf à penser qu’un mec qui aime les rousses – je dis n’importe quoi – est fétichiste, je ne le suis pas non plus. En plus, franchement, je n’aime pas toutes les grosses. Il ne suffit pas d’avoir quelques kilos en trop pour me plaire. Il y en a que je trouve belles, d’autres moins. Et quand une fille svelte me plaît, j’agis de la même manière.

préfère grosses

S – Tu ne bandes pas pour toutes les filles rondes ?

C – Absolument pas : je suis comme tout le monde. Une fille me plaît, ou non. Il y a des filles obèses qui ont un très beau visage. Et d’autres qui sont, pardon de le dire comme ça, moches. Et même au niveau du corps, toutes les femmes grosses ne se ressemblent pas. Chez certaines, tout est mou. Mais il y a des femmes carrément obèses qui n’ont pas ce problème. Leur peau est ferme, leurs seins et leurs fesses aussi. Et là, ça me rend dingue.

Sexe et obésité

S – Tu compares ta passion pour les femmes rondes ou obèses avec le goût pour les blondes et les brunes. Mais le surpoids, c’est aussi un problème de santé ?

C – Oui, c’est vrai.

S – Je veux dire… au niveau du sexe, ça peut poser quelques problèmes ?

C – Alors ça, c’est un cliché. Là encore, je préfère les femmes grosses avec un corps ferme. Et je t’assure que celles-ci, elles baisent comme n’importe quelle autre femme. Il y a des femmes nulles pour la baise, d’autres qui sont douées, c’est tout.

S – Et tu as beaucoup de partenaires ?

C – Il se trouve que je plais plutôt aux femmes. Je suis célibataire, j’en profite à fond. Mais ne va pas croire que les grosses sont plus faciles à draguer que les autres. Leurs complexes les retiennent souvent. Il faut se montrer patient.

S – Tu n’as pas vraiment répondu…

C – Bon alors… Je baise tous les jours. Il est rare qu’il se passe une semaine sans que je ne trouve pas une nouvelle partenaire. Quelque part, tu as raison, je dois être un peu fétichiste. Je veux dire… je dois être une sorte de boulimique du sexe.

http://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/sexe-grosses.jpghttp://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/sexe-grosses-240x240.jpgSelena libertineinterviewsfétichisme
Je fréquente régulièrement une amie plutôt coquine qui, célibataire, multiplie les aventures avec les hommes. Elle me dit tout, ou presque, de sa vie sexuelle. Je dois vous préciser que cette copine fait partie des femmes que l'on dit grosses. C'est d'ailleurs elle qui l'affirme : elle n'est ni...