Quand nous l’avons rencontrée, mon mari et moi étions en week-end à Toulouse. Une femme seule, dans un club libertin, cherche le plus souvent des hommes. Mais non : Latifa est une licorne. Cette libertine célibataire recherche en effet des couples pour coquiner en trio.

libertine célibataire bisexuelle

Après un moment de pur bonheur passé tous les trois avec cette charmante beurette, nous avons décidé de l’interviewer. C’est le lendemain que je l’ai retrouvée chez elle. J’ai pu tout comprendre sur la naissance d’une authentique licorne libertine. Ah oui ! Ce terme désigne, dans le milieu échangiste, une femme qui cherche des couples. Cela s’avère tellement rare qu’on la prend pour une créature mythologique.

NB : les photos de couverture et dans l’interview ne sont que des illustrations

Les débuts libertins

Selena – Tu es libertine depuis longtemps ?

Latifa – La première fois que je suis entrée dans un club échangiste, j’avais 21 ans. J’en ai 30 aujourd’hui. Waouh ! Je me rends compte que ça va faire bientôt 10 ans. Donc oui, je suis libertine depuis longtemps… (elle réfléchit un instant). En fait, je crois que j’ai toujours été foncièrement libertine. Depuis que ma sexualité s’est éveillée. Je crois qu’on a ça en soi, ou pas. Moi, je n’ai jamais compris les interdits. J’ai eu des parents assez libéraux. Avec qui je pouvais parler de sexualité sans trop me gêner. Enfin, de façon soft, bien sûr !

S – A 21 ans, tu es partie toute seule en club échangiste ?

L – Houlà non ! Ça ne me serait jamais venu à l’esprit, pour tout dire ! J’étais en couple avec un homme de la trentaine. Il a énormément insisté pour qu’on essaie ensemble les clubs libertins. En vérité, je n’étais vraiment pas chaude à cette idée. Mais j’étais vraiment très amoureuse. Et c’était un mec très respectueux. Je savais que je pourrais dire stop quand je voulais !

S – Et finalement ?

L – L’expérience a été incroyable ! Nous avons rencontré un couple. Le monsieur me plaisait vraiment. Physiquement, je veux dire. Je n’ai même pas prêté attention à la dame, au début. En fait, elle s’est révélée très bisexuelle. Elle m’a embrassée, caressée. Quand elle a voulu me faire un cunnilingus, j’étais réticente. Mais j’ai tellement aimé ça que j’ai voulu lui rendre la pareille. A bien y repenser, je pense qu’elle était plus lesbienne refoulée que réellement bisexuelle.

Découverte de la bisexualité

S – Et toi ?

L – Si je suis gouine ? Non. Enfin, juste un peu (elle rigole). Non, sérieusement, je n’ai aucun doute sur la question. Le sexe entre femmes, chez moi, c’est juste pour le sexe. Je ne suis jamais tombée amoureuse d’une fille, par exemple. Mais j’adore les caresses et même le sexe plus poussé. C’est ce soir là que je me suis rendue compte que j’étais bisexuelle. Ça m’a vraiment changé la vie.

S – Vous êtes retournés en club ?

L – Oui, presque tous les samedis soirs. Nous ne cherchions que des couples. Et puis, mon histoire d’amour avec Nicolas s’est terminée. En bons termes, j’ai toujours beaucoup d’affection pour lui. Mais je pense que l’écart d’âge était trop important. J’avais mes études à mener, il travaillait déjà depuis longtemps, alors ça ne collait plus entre nous. Bref, nous coquinions avec des couples dont la femme était bi. C’était ma condition.

Libertine et célibataire

S – Donc tu t’es vraiment assumée comme bisexuelle ?

L – A vrai dire, je présentais ça comme un jeu. Le mot « bisexualité », je ne l’ai vraiment employé que quand je me suis retrouvée célibataire. Mais depuis, oui, je me sens bi. Quand je rencontre un homme et que ça devient sérieux, il doit accepter ça. Et ce n’est pas toujours, malheureusement, évident pour eux.

S – Alors, à défaut d’être en couple, tu fréquentes le milieu libertin en célibataire…

L – Voilà, c’est tout à fait ça. Ça ne me dérangerait pas d’y aller en couple… mais je suis seule (elle prend une mine faussement triste). D’abord, j’ai hésité à me rendre dans un club en tant que femme seule. Puis, très vite, j’y ai trouvé un certain confort. Les gens pensent que je viens là pour trouver des mecs. Mais je ne recherche que des couples.

licorne libertine

S – Tu es une licorne ?

L – Oui ! J’adore ce mot ! Un jour, un couple avec qui je couchais régulièrement m’a appelé ainsi. J’ai du avoir l’air bête ! J’ai demandé pourquoi une licorne… Alors, ils m’ont expliqué qu’on appelait ainsi la femme célibataire qui cherche un couple. Que c’est tellement rare que croire qu’on va la trouver, c’est comme croire à l’existence des licornes ! Ou du dahu, mais je préfère licorne (elle se marre à nouveau).

La vie d’une licorne libertine

S – C’est effectivement très rare

L – J’ai compris ça bien après. En général, les femmes célibataires, dans le milieu libertin, cherche plutôt des mecs. Moi non. Enfin, si je cherche juste un plan cul à deux avec un homme, je n’ai pas besoin d’aller en club échangiste ! (Je la regarde et j’imagine à quel point elle ne doit pas avoir de mal à trouver des volontaires). Et la pluralité masculine, ce n’est pas mon truc. Parfois, des couples se montrent même gênés de la situation.

S – C’est difficile d’être une licorne ?

L – Oh, de temps en temps, des gens ne comprennent pas ma démarche. Mais franchement, c’est plus facile que d’être beurette et libertine. Les libertins ne sont pas forcément racistes. Mais ils trimbalent tellement de clichés sur l’Islam et tout ça. Mais bon, il arrive que des échangistes ne comprennent pas qu’une femme seule, maghrébine en plus, traîne dans les lieux libertins sans être accompagnée. Je les plains vraiment.

Naissance d’une licorne

S – Raconte-moi tes débuts… je veux dire en tant que célibataire

L – Comme je te l’ai dit, j’ai mis un certain temps à me décider à aller en club toute seule. Et puis, un samedi soir, j’ai regardé des vidéos sur un site porno. A chaque fois, je choisissais des films de partouzes entre un mec et deux femmes. C’est ça qui m’excitait le plus, de très loin. Je me suis habillée pour sortir, et je suis partie pour l’établissement dans lequel je vous ai rencontrés hier.

S – Et ça s’est bien passé ?

L – En me présentant à l’entrée, j’avais le cœur qui battait la chamade. J’avais peur d’être refusée. En réalité, les clubs adorent voir des femmes seules chez eux. Honnêtement, à chaque fois, c’est moi qui choisis le couple avec qui je veux coquiner. On ne m’a jamais dit non. Sauf ce soir là. Je devais avoir l’air d’une gourde. Bref, je me suis sentie de trop. Mais depuis, tout s’est arrangé. Les couples sont ravis de se faire draguer par une célibataire.

http://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/licorne-libertine.jpghttp://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/licorne-libertine-240x240.jpgSelena libertineinterviewslibertinage,triolisme
Quand nous l'avons rencontrée, mon mari et moi étions en week-end à Toulouse. Une femme seule, dans un club libertin, cherche le plus souvent des hommes. Mais non : Latifa est une licorne. Cette libertine célibataire recherche en effet des couples pour coquiner en trio. Après un moment de pur...