On me l’avait présentée comme la reine des défis exhibitionnistes et du flashing amateur. En me rendant sur son blog perso (voir ci-dessous), j’ai été effectivement impressionnée par l’impudeur de DiMonty, une libertine anglaise de la cinquantaine. Ni une, ni deux, je cherche à la contacter. Je veux savoir ce qui excite une femme d’expérience comme elle dans l’exhibition publique.

Nous nous retrouvons finalement sur Skype pour discuter un peu de sa passion pour le flashing. Et pour discuter, pourquoi pas, des nouveaux défis exhibs que cette amatrice mûre entend relever à l’avenir.

Le flashing amateur

Indiana – Tu peux m’expliquer en quoi consiste le flashing ?

DiMonty – Alors, ça vient de flash. C’est en fait une exhibition rapide, souvent devant un appareil photo, dans un lieu public. Le but du jeu, contrairement à l’exhibitionnisme pur et dur, consiste à ne pas être vue. On peut montrer ses seins, ses fesses, sa chatte. Le mieux, c’est un endroit plein de monde. Personnellement, j’adore le faire dans des endroits très connus, et très reconnaissables.

Di Monty

I – Ce n’est pas un peu dangereux ?

DM – Non, pas vraiment. Le flashing, c’est l’art d’aller vite. Au pire, si quelqu’un voit quelque chose, ça reste très furtif. J’évite scrupuleusement les endroits avec des enfants. Après, si un adulte voit mes seins, je pense qu’il va s’en remettre ?

I – Tu t’es déjà faite attraper ?

DM – Non, pas vraiment : ça m’est arrivé d’être repérée. Mais les gens se montrent cools, surtout les hommes. La plupart d’entre eux veut que je continue, et certains souhaitent participer.

Défis exhibitionnistes

I – Quel plaisir prends-tu dans le flashing ?

DM – D’abord, il y a le côté « sport ». Il s’agit d’une performance à réussir, ce qui est très ludique. Et puis, il y a le côté érotique. Juste avant une exhibe, je suis très excitée. Je veux dire sexuellement. Je me dis que je suis une vilaine fille et que quelqu’un va finir par me choper. Et on ne sait pas comment ça peut se finir.

exhib publique

I – Et comment ça peut finir ?

DM – Il arrive, dans certains lieux, que ça devienne très sexe. Les hommes qui me repèrent, je les laisse me peloter. Et quand on se trouve dans un endroit qui ne craint vraiment rien, ça peut finir en plan sexe. Une fois, c’est une femme qui m’a vue, toute nue, dans un coin de nature. Elle a prévenu son mari. Je n’étais pas rhabillée que le couple se trouvait à côté de moi. Ils étaient libertins. Je te laisse deviner la suite.

Exhibition et libertinage

I – Oui, parce que tu es libertine également…

DM – Oui, avec mon mari, nous pratiquons l’échangisme. Et il m’arrive de faire des exhibitions beaucoup plus hards. Mais je distingue bien le flashing du dogging ou du cruising. Quand je pars pour un défi exhib, je reste a priori soft. Ce sont deux pratiques totalement différentes, pour moi. Le flashing représente vraiment un jeu.

I – Mais, du coup, tu pourrais faire tes exhibes avec des copines libertines ?

DM – Le problème, c’est que quand on fait ça avec un ou d’autres couples, ça finit systématiquement en partouze ! Or, le but est ailleurs… Je te l’ai dit, j’aime bien distinguer mes pratiques exhibitionnistes de mes pratiques libertines.

copines libertines flashing

I – Quelle est la plus belle exhibition que tu aies réalisée ?

DM – Il y en a plein ! Mais j’adore les sites célèbres. Une fois, je me suis promenée entièrement nue sur le site de Stonehenge, au nez et à la barbe des gardiens. Malheureusement, mon mari n’a pas pu en faire de bonnes photos. Sinon, je rêve d’une exhibition au pied de la Tour Eiffel, à Paris. Tu m’accompagneras ?

I – Oui, avec plaisir. Et sinon, tu t’exhibes de plusieurs autres façons…

DM – Photos, vidéos, webcam. D’ailleurs, si ça te dit de faire une visio entre filles après l’interview…

http://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/flashing-amateur.jpghttp://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/flashing-amateur-240x240.jpgIndiana toute seuleinterviewsexhibition,Royaume-Uni
On me l'avait présentée comme la reine des défis exhibitionnistes et du flashing amateur. En me rendant sur son blog perso (voir ci-dessous), j'ai été effectivement impressionnée par l’impudeur de DiMonty, une libertine anglaise de la cinquantaine. Ni une, ni deux, je cherche à la contacter. Je veux savoir...