Telle la licorne, certains la cherchent depuis des années, sans jamais la trouver. C’est en flânant sur le net coquin que je suis tombée sur elle : Aline, 39 ans, libertine célibataire, bien dans ses baskets. En effet, cette grande blonde aux yeux bleus, fine et – de son propre aveu – peu « bustée », raconte ses aventures coquines sur un blog.

Aline libertine

Intriguée par le personnage, je prends contact avec la dame. Mère divorcée d’un enfant unique, elle a fait l’apprentissage du libertinage avec un couple déjà expérimenté. Depuis, elle ne cesse de multiplier les expériences, en pure célibataire ou en compagnie d’un de ses « coquins », comme surnomme ses amants.

Comment une femme célibataire devient-elle libertine ?

Indiana – Depuis quand es-tu libertine ?

Aline – Cela fait quelques années. A vrai dire, je n’y avais jamais pensé avant. C’est une rencontre qui a tout précipité. J’étais une femme plutôt prude, pour ne pas dire coincée. Puis je me suis amourachée d’un homme marié. J’ai appris très vite qu’il était libertin. Le courant est passé entre ce couple et moi. Et ils m’ont initiée.

I – Tu peux me raconter ça ?

A – C’est ce que je raconte dans mon blog. Je venais de divorcer et je tenais à rester un moment célibataire. J’ai fait la connaissance, par des activités associatives, avec Damien. Il m’a tout de suite plu. Je me suis mise à fantasmer sur lui. Je me sentais terriblement coupable, car il était marié. Et puis, j’ai fini par coucher avec lui. Il m’a dit avec un grande sourire que sa femme saurait tout. C’est là que j’ai commencé à comprendre.

I – Que c’était un couple libertin ?

A – Au début, j’ai plus pensé à un couple libre. Mais ils m’ont donné rendez-vous chez eux et j’ai compris qu’ils étaient échangistes. C’est là que j’ai appris la signification du mot licorne : une femme célibataire qui couche avec un couple.

Débuts dans le libertinage

I – Ça aurait pu s’arrêter là ?

A – Oui, mais non. En fait, j’y ai tout de suite pris goût. La femme de Damien m’apparaissait comme la quintessence de la liberté. J’ai suivi ce couple dans des clubs échangistes, dans des soirées libertines privées… Je me sentais un peu coupable. Je n’ai pas été éduquée comme ça. Mais j’aimais ça, d’abord sexuellement parlant. Et, en plus, quand vous êtes une femme célibataire dans le milieu du libertinage, vous êtes traitée comme une reine. Ça a fait du bien à mon ego.

I – C’était surtout une question d’estime de soi ?

A – Non, le sexe d’abord ! Mais, côté estime de soi, deux choses s’affrontaient. D’une part, je ne me sentais pas à ma place dans ce milieu que je considérais comme celui de débauchés quelques mois plus tôt. D’autre part, je me sentais désirée… Après un divorce pénible, ça fait du bien !

I – Tu as donc continué à coquiner avec ce couple…

A – Je les vois toujours régulièrement. Mais j’ai pris mon autonomie. Maintenant, je sors toute seule. Ou je sors avec un de mes amants. Parce que, depuis, toute culpabilité s’est envolée !

Une femme célibataire dans le milieu libertin

I – C’est difficile, pour une femme seule, d’assumer le libertinage ?

A – Au début, je n’assumais pas du tout. J’ai été éduquée dans les valeurs traditionnelles. Rien de réac, mais des trucs classiques. Je n’étais pas prête pour la liberté sexuelle. Au fur et à mesure de mes aventures, je me suis émancipée, réellement.

I – Quelles sont les réactions quand une femme célibataire arrive dans un lieu libertin ?

A – Honnêtement, les couples sont très enthousiastes. Surtout les messieurs : ils rêvent tous d’un plan à trois avec une nana. La première fois que je suis sortie en club, je me suis retrouvée avec un couple black dont je me souviendrai toujours. Ils étaient tellement contents de trouver une femme seule… J’ai pris du plaisir pour moi. Et j’en ai pris encore plus à en donner.

I – Tu pratiques le libertinage uniquement avec des couples ?

A – J’essaie de multiplier les expériences. Dans l’idéal, je voudrais ne jamais revivre deux fois la même chose. Je pratique le triolisme avec des couples, mais aussi la pluralité masculine, l’exhibition, le gangbang. Je ne m’interdis rien. A part ce dont je n’ai pas envie. J’ai même eu des expériences BDSM, plusieurs fois.

Les aventures d’Aline la libertine

I – Sur ton blog, tu racontes effectivement beaucoup d’histoires très différentes. Laquelle t’as le plus plu ?

A – Cet été, j’ai été au Cap d’Agde avec un ami. J’ai adoré la plage libertine. Mais, honnêtement, je n’ai pas envie de choisir. C’est la variété qui me plaît. La multiplicité des possibilités érotiques, c’est ça qui fait que je me sens libertine.

I – Et des mauvaises expériences ?

A – J’en ai eu très peu. Une fois, un groupe de jeunes mecs m’ont prise pour une salope. Ce que je ne suis pas. Et puis, il y a eu un incident à l’entrée d’un sauna libertin, une fois. Mais, honnêtement, j’ai beaucoup de très bons souvenirs, quelques moyens et très peu de mauvais.

I – Tu conseillerais à une femme célibataire d’essayer le libertinage ?

A – Je sais qu’il faudrait répondre que ça dépend de la femme, de ses envies, du contexte… Mais non, je conseille à TOUTES les femmes d’essayer le libertinage. Elles ont le choix, il y a tellement de choses à vivre, tellement de pratiques différentes. Mais je pense que si ça m’a plu, à moi, ça peut plaire à n’importe quelle femme, célibataire ou non.

Aline publie environ un nouveau texte par semaine. Elle parle de sa vie libertine actuelle, mais aussi de ses souvenirs les plus coquins. Pour retrouver la liste de ses récits, cliquez ici.

http://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/libertine-celibataire.jpghttp://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/libertine-celibataire-240x240.jpgIndiana toute seuleinterviewsCap d'Agde,clubs libertins,exhibition,gang-bang,libertinage,partouze,plage,triolisme
Telle la licorne, certains la cherchent depuis des années, sans jamais la trouver. C'est en flânant sur le net coquin que je suis tombée sur elle : Aline, 39 ans, libertine célibataire, bien dans ses baskets. En effet, cette grande blonde aux yeux bleus, fine et - de son...