Cet été, nous avons profité de nos vacances pour rechercher quelques coins à voyeurs où se pratiquent à la fois l’exhibition et le cruising libertin. C’est finalement non loin de Chartres que nous avons vécu notre meilleure expérience. En effet, nous avons déniché un lieu où se croisent gays, hommes bisexuels, couples exhibitionnistes et/ou échangistes et voyeurs.

Attention, nous vous rappelons ici que l’exhibition publique constitue un délit puni sévèrement par la loi française. Nous vous invitons à ne jamais pratiquer l’exhibitionnisme envers des personnes qui ne l’ont pas choisi. Cette histoire vécue se déroule la nuit, dans un lieu fréquenté uniquement par des personnes en recherche de sexe.

histoire vécue écrite à 4 mains – les photos sont des illustrations

cruising libertin

Trouver un coin à voyeurs

Au cours de nos pérégrinations estivales, chaque région traversée semblait connaître au minimum un ou deux coins à voyeurs. En se renseignant auprès des clients des clubs échangistes, en lisant des informations et annonces sur les sites de rencontres libertines, nous avons pu, à chaque fois, trouver le dit lieu. Toutefois, nous n’avons guère croisé que des hommes dans ces endroits. A l’exception notable de ce coin de forêt, non loin de Chartres, que l’on nous avait recommandé comme un espace de cruising libertin.

Nous vous raconterons sans doute plus tard nos virées dans des lieux qui se sont avérés gays. Mais, pour le moment, concentrons-nous sur cet espace de sexe clandestin où, d’après une cliente d’un club libertin, elle avait pu, avec son mari, pratiquer l’exhibition et le cruising hétéro. Dans la région, ce bois est connu comme le loup-blanc pour accueillir, à la nuit tombée, une faune diverse en quête de sexe.

Nous descendons sous un pont d’autoroute et nous nous engageons dans un chemin forestier. Au bout de quelques minutes, le doute n’est plus permis. Il se trouve là des dizaines de voitures. Peu de risques qu’il s’agisse d’une battue de chasseurs ou de bûcherons en plein affouage. C’est certain, nous y sommes : le coin à voyeurs se trouve bien ici. Reste à savoir si le cruising libertin y a réellement cours.

Gays, voyeurs, bi et curieux

Nous nous garons donc à la suite des bagnoles ainsi stationnées. Le temps d’habituer nos yeux à l’obscurité, nous remarquons une bande de mecs qui discutent tranquillement en fumant une cigarette. Ils ne semblent pas nous prêter plus attention que ça. De temps à autre, un homme sort du bois et rejoint le petit groupe ou repart en voiture. Parfois, c’est un homme du groupe qui s’enfonce dans la forêt.

Il n’est pas si tard que ça. Pourtant, il semble bien que notre projet de nous exhiber à l’intérieur de la voiture n’ait pas grande chance d’émoustiller qui que ce soit. D’ailleurs, personne ne s’intéresse à nous. Bref, il est temps de sortir et de voir un peu ce qui se trame de l’autre côté des arbres.

Evidemment, quand Indiana passe en tenue sexy à proximité du groupe de fumeurs, le silence se fait. Et que je mets en valeur mon décolleté, et que je tortille du cul dans ma jupe trop courte. L’effet reste toujours le même. Quelques messieurs nous emboîtent le pas. Dans une petite clairière, non loin, s’amassent une bonne vingtaine d’hommes. A vue de nez, il se trouve là quelques gays, quelques timides (qui se planquent derrière un tronc) à notre arrivée et quelques mecs soi-disant hétéros, mais qui n’auraient rien contre une petite pipe.

Le pompeur de service

A propos de pipe, au centre de la clairière se trouve un homme de la quarantaine, le pantalon baissé jusqu’aux chevilles, à genoux devant trois hommes de tous âges. Il suce les bites les unes après les autres dans un silence religieux. Il ne remarque pas notre arrivée. Les sucés, quant à eux, ont bien remarqué qu’une femme venait de faire irruption.

D’ailleurs, l’un d’entre eux remballe précipitamment le matos. Se faire sucer par un PD, oui, mais pas devant une dame ! Il s’éloigne discrètement, l’air de rien. Un autre n’a pas ce genre de prévention. Profitant du fait qu’une place s’est libérée auprès du pompeur, il s’approche la queue à la main.

Indiana n’est pas non plus du genre à s’effaroucher. La voilà qui s’approche à son tour du cercle d’hommes. Le suceur jette un œil rapide en notre direction. Il sourit et n’a pas l’air incommodé par notre présence : il retourne à ses fellations. Pendant ce temps, certains hommes qui regardaient jusque là à distance respectable s’approchent de notre petit rassemblement.

Dogging et pluralité masculine

Il ne faut pas longtemps pour que certains des mecs tentent leur chance. Une main par ci, un sourire par là, et voilà Indiana entourée de peloteurs. La plupart d’entre eux a sorti la bite du pantalon (ou du short). Madame se laisse faire gentiment. Après tout, on est là pour ça. Ces messieurs restent corrects tandis que la libertine en branle un ou deux. C’est alors que revient notre sucé honteux. Lui, il y va franco : je bouscule tout le monde, je tortille les nichons de madame comme si c’était le joujou du youki.

Celui-ci, on va se faire un plaisir de le jeter. Et de le voir repartir la queue entre les jambes, c’est le cas de le dire. Mais revenons à nos moutons. John a le plus grand mal à empêcher la bousculade vers Indiana de virer à l’émeute. Ils sont une douzaine à tenter de se faire une place. Mais la pression descend d’un cran quand un autre couple fait son apparition.

dogging Chartres

Il s’agit d’une femme de la cinquantaine, flanquée d’un mari qui doit frôler les 60 ans. Très vite, alors qu’Indiana en est encore aux « préliminaires », la dame se retrouve troussée, les mains appuyées contre un tronc d’arbre et baisée dans une levrette verticale par un des voyeurs.

Cruising entre couples

On essaie de se mêler à la nouvelle scène. Sans succès. C’est clair, ce couple là n’en recherche pas un autre. La dame est là pour la pluralité masculine. Et, d’ailleurs, ces messieurs se relaient derrière elle pour la pénétrer, même pas tous équipés de capotes. Inutile d’insister, ces gens là ne sont pas pour nous. Ce qui n’est pas le cas de Claire et Aziz.

Car oui, un troisième couple vient de faire son apparition dans la clairière. Et semble très content (mais alors très content !) de nous voir. Ni une, ni deux, ils s’approchent de nous. Là commence réellement le cruising échangiste. Les mains se promènent, des baisers sont échangés. Ils doivent avoir entre 35 et 40 ans. Mais nous n’en saurons plus sur eux (y compris leurs prénoms) qu’en toute fin de nuit.

Pour l’heure une partouze s’engage. Elle mêle donc les deux couples (nous deux, Claire et Aziz) à quelques hommes sélectionnés spontanément par les uns et les autres. A y repenser au calme, le physique des messieurs a beaucoup joué. Mais pas seulement. Exit les plus empressés. Exit aussi les plus timides. Finalement, nous nous retrouvons à sept à nous ébattre sur la couverture amenée par le couple. Nous sommes entourés d’une grosse vingtaine de voyeurs. Certains tentent de nous rejoindre, vite éconduits par Aziz, qui gère la situation.

Des amateurs de cruising

L’orgie terminée, nous discutons un peu avec nos partenaires de la nuit. Ils sont échangistes, on l’avait compris. Mais d’un genre plutôt particulier. Nos deux tourtereaux ne fréquentent plus les clubs échangistes. Ils n’ont même jamais mis les pieds dans une soirée libertine privée. Non, ces deux libertins ne fréquentent plus que les coins à voyeurs et les lieux style sexshops, cinémas pornos et autres lieux de cruising.

cruising échangiste

« Il n’y a que ça qui m’excite vraiment ! » fanfaronne Claire, toujours nue comme un ver tandis que nous revenons vers les voitures. Nous lui demandons si ce lieu est toujours aussi chaud que ça. Elle nous regarde d’un air inquiet. C’est Aziz qui va nous répondre : « non, en août (nous sommes en août), c’est plutôt calme. Ils sont tous au Cap d’Agde ! Il faut venir en mai ou en juin, ou même en septembre-octobre quand il fait encore bon ! ».

Ainsi se termine notre première vraie expérience de cruising libertin. Mais si vous connaissez des coins à voyeurs aussi chauds que celui-ci en Auvergne, n’hésitez surtout pas à nous les faire connaître !

http://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/cruising-libertin-thb.jpghttp://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/cruising-libertin-thb-240x240.jpgIndiana & Johnreportageséchangisme,exhibition,gay,libertinage,partouze
Cet été, nous avons profité de nos vacances pour rechercher quelques coins à voyeurs où se pratiquent à la fois l'exhibition et le cruising libertin. C'est finalement non loin de Chartres que nous avons vécu notre meilleure expérience. En effet, nous avons déniché un lieu où se croisent gays,...