A peine remis de nos aventures mélangistes et européennes, nous reprenons le chemin du camping. Après une bonne douche (ça drague dans les sanitaires, nous en reparlerons plus tard), nous nous habillons pour la soirée. Nous espérons retourner au Glamour. Mais avant, nous tenons à faire un petit détour à l’Instant X, le cinéma libertin du quartier naturiste. Ce sont nos amis belges qui nous ont parlé de cet endroit. Un ciné porno, dans la capitale du libertinage, voilà qui risque de valoir le coup d’œil.

lire la 1ère partielire la 2ème partielire la 3ème partielire la 4ème partielire la 5ème partie
ce récit est écrit par Vincent

Après un repas plutôt bon dans un bar à sushis, nous prenons donc la direction de la galerie marchande de Port-Ambonne (le bien nommé !). Juste à quelques pas du club BDSM, un monsieur a installé une table. Il filtre les entrées dans son ciné pour adultes. Nous lui demandons le prix. Il hésite un instant, regarde Audrey de la tête aux pieds (en insistant bien sur le décolleté). Il nous fait signe d’entrer : « c’est gratuit pour les couples », annonce t-il, enjoué.

Le cinéma libertin du Cap d’Agde

Passé le rideau, nous pénétrons dans une salle de cinéma tout ce qu’il y a de plus classique. A ceci près que la pénombre y est toute relative. D’ailleurs, les spectateurs, uniquement des messieurs, se retournent comme un seul homme à notre arrivée. Certains d’entre eux se redressent dans leur fauteuil, avec la volonté manifeste d’être vus. D’autres, au contraire, s’enfoncent autant qu’ils peuvent sur leur strapontin. Nous prenons place au 3ème rang, sur deux fauteuils un peu isolés.

Instant X Cap d'Agde

A l’écran, on projette un film X des années 80, peut-être même 70. Aux poitrines naturelles et aux poils pubiens, ça se remarque immédiatement. Mais, déjà, le spectacle est dans la salle. Plus personne ne regarde vraiment le porno. Car oui, ici, c’est un cinéma libertin. Et je trouve Audrey particulièrement en beauté aujourd’hui. Je ne suis pas le seul.

Déjà, les plus gaillards tentent un rapprochement. De la main droite, elle ouvre ma braguette et sort ma bite du pantalon. Elle me branle l’air de rien, tandis que certains hommes se rapprochent. D’abord timidement, puis de plus en plus ostensiblement. Cette fois, je bande. J’embrasse ma chérie à pleine bouche, tout en faisant jaillir ses seins de sa robe libertine.

Les timides et les aventuriers.

Un beau mec blond, la vingtaine, a pris place à gauche de ma chérie. Il a lui aussi sorti sa queue. L’air de rien, comme dans un jeu un peu hypocrite, Audrey s’est mise à le branler également. Un mec que je reconnais, un gros black déjà croisé sur la plage naturiste, s’installe quant à lui debout derrière Audrey. Arès une courte hésitation, il saisit sa poitrine nue, qu’il masse plus ou moins délicatement.

Mais le jeu s’interrompt une minute quand un autre couple fait son apparition dans le cinéma libertin. Il s’agit d’une très jeune femme (sans doute 20 ans et quelques) et d’un homme plus mûr, la quarantaine. Ceux-ci s’assoient à l’arrière de la salle. Quelques hommes, qui n’ont pas directement accès à Audrey, partent vers le fond, dans l’espoir de les rejoindre.

cinéma libertin

Ma chérie se retourne en direction du black. Sans mot dire, elle prend sa grosse bite en bouche. Au bout de quelques secondes, il se met à grogner. Elle a tout juste le temps de parer le coup et l’Africain (il a un fort accent) se répand sur son épaule nue. Le gaillard à gauche se montre de plus en plus entreprenant. Et tandis que le black TTBM s’essuie dans un rire sonore, l’autre prend en bouche les tétons d’Audrey.

Ciné porno et cruising sexe

Tout en gardant un œil sur ma moitié, je me retourne vers le reste de la salle du cinéma libertin. Au fond, le monsieur du couple tente de convaincre sa belle de coquiner un peu. Elle ne semble pas du tout enthousiaste, encerclée qu’elle est par une troupe de mecs en branle. Plus curieux sont les mecs restés discrètement installés sur leur fauteuil.

Ils ne regardent pas l’écran, mais ce qui se joue devant et derrière eux. Dans le milieu du libertinage, la timidité excessive est un bien vilain défaut. Qui vous empêche de passer à l’action. Dans un tel lieu, quand un couple se présente, vous ne savez pas quand il repartira… Tant pis pour eux !

ciné porno

D’autres ne se posent pas les mêmes questions. Installé la tête entre les cuisses d’Audrey, un mec lui lèche la chatte avec, manifestement, un certain talent. Pendant ce temps, ma belle branle à la chaîne une bonne moitié de la clientèle du cinéma libertin.

Entre couples dans un cinéma libertin

Je me tiens prêt à rafraîchir les ardeurs de certains des mecs, mais Audrey a l’air d’apprécier la situation. Je n’aurais pas imaginé qu’elle accepte de s’occuper d’autant de bites à la fois. Mais la situation l’amuse. Elle me sourit, tandis que son lécheur lui arrache des râles de plaisir de plus en plus fréquents et intenses. Mais une nouvelle fois, une arrivée dans le cinéma libertin va changer la donne.

A chaque fois que la porte s’ouvre, chacun regarde en direction du nouveau venu. Et cette fois, c’est un couple qui pénètre la salle obscure. Il me faut quelques secondes pour comprendre : nos deux « mélangistes » belges arrivent, entièrement nus. Après tout, nous sommes au Cap d’Agde, et même s’il est 22h passées, la nudité a toujours cours.

Nathalie (c’est le prénom de notre ronde bruxelloise) promène ses gros seins à travers le cinéma libertin, jusqu’à nous rejoindre. Fabrice (son mari), quant à lui, bande déjà d’une érection impressionnante. Des baisers langoureux sont échangés. Le couple belge nous attire avec lui vers le premier rang. Il ne nous reste qu’à les suivre.

Dogging libertin à deux couples

Effectivement, la première rangée de strapontins permet de disposer de plus de place. Et comme personne ne regarde vraiment le film, il n’y a pas d’inconvénients à se retrouver trop près de l’écran. En plus, une banquette a été installée près de l’écran. L’autre couple, celui du fond de la salle, s’éclipse, visiblement proche de la dispute conjugale.

Fabrice a remplacé l’inconnu entre les cuisses de ma chérie. Nathalie, quant à elle, s’est installée à genoux en face de moi. Quelle suceuse de talent ! Elle joue de la langue sur mon frein, redescend aux couilles, prend ma bite à pleine bouche et ainsi de suite, tandis que je pelote ses énormes nichons. Le gros black bande à nouveau. Il enfile une capote, puis Nathalie.

Pas de doute possible : ces deux-là se connaissent déjà. Aussi n’est-elle pas surprise quand il jouit rapidement en elle. Et, tandis qu’elle me suce, les hommes se relaient derrière elle en levrette. Elle s’interrompt une seconde, pour me demander de vérifier systématiquement le port du « condom » (c’est ainsi qu’elle le dit). Elle va jouir trois fois, tandis qu’Audrey se laisse aller à l’orgasme.

Mais rien n’est fini. C’est au tour de ma chérie de pomper le libertin belge, pas loin non plus de l’extase. N’ayant plus de chevalier servant pour la pénétrer, Nathalie se redresse quelque peu. Elle prend ma queue entre ses gros nibards et me prodigue une cravate de notaire qui ne sera pas longue à avoir raison de moi.

La partouze est terminée. Le cinéma libertin apparaît presque désert. « Vous faites quoi ce soir ? » demande Nathalie. Nous leur parlons du Glamour. Eux sont invités à une soirée privée. Ils nous proposent de les accompagner. Après tout, pourquoi pas ? La nuit ne fait que commencer !

à suivre…

https://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/cinema-libertin.jpghttps://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/cinema-libertin-240x240.jpgAudrey & VincentreportagesCap d'Agde,exhibition,libertinage,partouze
A peine remis de nos aventures mélangistes et européennes, nous reprenons le chemin du camping. Après une bonne douche (ça drague dans les sanitaires, nous en reparlerons plus tard), nous nous habillons pour la soirée. Nous espérons retourner au Glamour. Mais avant, nous tenons à faire un petit détour...