Nous aimons bien arriver tôt dans un nouveau club échangiste. Ainsi, nous pouvons un peu repérer les lieux. Il n’est pas tout à fait minuit quand nous débarquons au Glamour. Ce lieu, qui nous a été vivement recommandé par nos amis libertins, est sans doute le plus connu du village naturiste du Cap d’Agde.

lire la 1ère partie

Dans la première salle, nous trouvons déjà quelques couples, assis au bar. L’ambiance tranche singulièrement avec celle du camping. Ici, tout le monde est habillé en mode libertin. Pour le moment (ce ne sera pas le cas plus tard), la moyenne d’âge doit se situer autour de 45 ans. Mais, vu les regards fuyants, difficile d’imaginer quelle partouze se déroulera ici dans quelques heures.

Le Glamour, club échangiste

Au sens de Denise, le Glamour est d’avantage un club échangiste que libertin. En effet, s’il existe un tarif pour les hommes seuls, ce sont essentiellement des couples qu’on y rencontre. L’établissement se situe en bord de plage. Il est composé d’un rez-de-chaussée, où se trouvent le bar et la piste de danse. Bien vite, nous comprenons que les réjouissances se dérouleront au niveau -1.

partouze mélangiste Glamour

Nous descendons donc les escaliers pour voir ce qu’il en est. En bas des escaliers, un vigile nous accueille avec un grand sourire. Il nous explique la « marche à suivre ». Sur notre droite, se trouve un espace strictement réservé aux couples. Il est d’ailleurs chargé de contrôler qu’aucun homme seul n’y pénètre. Sur notre gauche, c’est plus libre. Les hommes seuls y sont les bienvenus. Ainsi que les messieurs qui auraient laisser leur compagne sur la piste de danse.

Pendant notre visite, nous constatons ce dont on nous avait parlé : l’originalité des coins-câlins du Glamour. Il en existe de toute sorte. La plupart sont ouverts sur le monde, si j’ose dire, mais il reste possible de s’isoler à deux, quatre ou plus.

La discothèque libertine

Quand nous remontons, nous découvrons que le club s’est progressivement rempli. Et pas qu’un peu ! Se trouvent là des dizaines de couples, de tous âges, qui ont déjà commencé à danser. Certains groupes se sont déjà formés. Nous comprendrons plus tard que ces gens sont venus ensemble.

Nous nous mêlons à la fête. Mais il demeure une impression que nous avons déjà rencontrée dans des clubs libertins un peu « branchés » : la sensation de ne pas être dans un lieu de sexe. Mis à part les tenues provocantes des libertines, rien n’indique, dans le comportement des couples, le caractère échangiste des lieux.

Un type vient nous brancher. Il nous connaît, apparemment. Il nous a croisé dans un club de notre région. Puis, il nous présente sa femme, une jolie eurasienne qui, d’après lui, n’est pas d’humeur à coquiner. Voilà qui s’annonce mal. Bien décidés à nous débarrasser du relou, qui semble un peu éméché, nous partons vers les escaliers. Pas de chance, il nous suit.

Glamour Cap d'Agde

Arrivés en bas, nous bifurquons à droite, du côté des couples. Le vigile de tout à l’heure retient notre relou. Ça a du bon, le règlement des clubs ! D’autant plus que nous débarquons dans une ambiance toute autre de celle du rez-de-chaussée. Sur des lits disposés dans une sorte de cercle, ça partouze joyeusement.

Première partouze libertine au Cap d’Agde

Les lieux ont beau être vastes, il semble impossible de se faire une place sur les lits. Il y a des couples nus partout. La moyenne d’âge ne doit même pas monter à 30 ans. Ici, deux petites nanas sucent deux jeunes mecs, vraisemblablement leurs petits amis. On regarde leurs culs nus se dandiner au rythme de la fellation. Les couples qui tournent autour des lits semblent de plus en plus nombreux. Quelques attouchements se produisent. Une superbe femme de la cinquantaine embrasse à pleine bouche Audrey, qui accepte ce baiser avec plaisir.

Nous finissons devant un lit où deux couples ont déjà entamé les préliminaires. D’un sourire, l’une des libertines nous invite à les rejoindre. Un regard entre nous, et nous nous faisons une place sur un lit bien trop petit pour six. La partouze va commencer.

Apparemment, l’ambiance est au mélangisme. Audrey se retrouve avec la blonde qui nous a invité, ainsi qu’un homme, qui ne doit pas être le sien. De son côté, Vincent caresse les seins d’une brune à lunettes, étendue, qui se fait lécher par le troisième gars.

Une nuit de débauche

C’est à ce moment que nous perdons totalement le sens du temps. Ne pouvant guère bouger, Vincent se fait sucer par la brunette, tandis que l’autre gars continue à la lécher. Il lui caresse les seins, redescend au clitoris. Elle semble en transe. Les partenaires changent constamment, au gré des remous de la partouze. Quand elle jouit finalement, ainsi que son homme, la petite brune prend congé, en nous remerciant dans un sourire.

Restent la blonde et son homme. Il propose à Audrey de la prendre, qui décline. D’autres couples tentent une approche. Finalement, nos deux tourtereaux repartiront dans un plan échangiste avec un couple plus âgé. De notre côté, nous coquinons avec des plus jeunes, mélangistes eux aussi.

En tout, durant cette nuit de débauche, nous aurons coquiné avec une demi-douzaine d’autres couples, allant et venant au gré de règles incompréhensibles. Le dernier d’entre eux se trouve être un couple d’une vingtaine d’années de plus que nous. Monsieur, très appliqué dans l’art du cunnilingus, aura raison d’Audrey. Madame, quant à elle, après plusieurs orgasmes, s’acharnera, avec succès, à faire jouir Vincent dans sa bouche.

Nous n’aurons pas le temps de visiter le reste des alcôves du Glamour. Car, une fois cette partouze terminée, nous nous apercevons que le club va bientôt fermer. Et que le jour n’est plus très loin de se lever. Notre séjour libertin au Cap d’Agde démarre sur les chapeaux de roues.

à suivre…

http://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/glamour-01.jpghttp://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/glamour-01-150x150.jpgAudrey & VincentreportagesCap d'Agde,clubs libertins,libertinage,partouze
Nous aimons bien arriver tôt dans un nouveau club échangiste. Ainsi, nous pouvons un peu repérer les lieux. Il n'est pas tout à fait minuit quand nous débarquons au Glamour. Ce lieu, qui nous a été vivement recommandé par nos amis libertins, est sans doute le plus connu du...