Une de mes amies, que j’ai connue garçon quand nous étions jeunes, m’a parlé des admirateurs de shemales. Il s’agit d’hommes qui voue une passion pour les transgenres et pour les personnes du 3ème sexe. Intriguée, je lui ai demandé si elle pouvait me présenter l’un d’entre eux. C’est Rémi, 43 ans, qui a accepté de répondre à mes questions intimes sur sa vie sexuelle.

Le fantasme du transgenre

Indiana – Quand as-tu compris que tu aimais les shemales ?

Rémi – Il y a quelques années de cela, je fréquentais beaucoup les clubs libertins de Paris. Dans l’un d’entre eux, un soir, j’ai fait la connaissance de Renata. Je l’ai trouvée immédiatement belle et désirable. Je ne suis pas du tout bisexuel. Attention, je n’ai rien contre les gays et les bis, mais ce n’est pas mon cas. Avant Renata, je n’avais jamais éprouvé de fantasmes pour les hommes, ni même pour les shemales.

shemales amateurs

I – Tu peux me raconter cette rencontre ?

R – Un soir, je me trouvais au Cupidon, un club libertin dans le centre de Paris. Il se trouvait là une dizaine d’hommes seuls. Il y avait aussi trois couples échangistes, qui s’étaient isolés dans la pièce avec la glace sans tain. Du coup, les messieurs se sont reportés sur un jeune couple manifestement trioliste et une sur une dame d’un certain âge et d’une certaine corpulence qui recherchait un gangbang.

Bref, le jeune couple trioliste a choisi le plus beau mec d’entre nous. Les autres ont voulu se faire une place dans le gangbang de la libertine mature. Et puis, ça a sonné à la porte. Vu le nombre d’hommes que nous étions, nous avions bien que la direction n’accepterait plus de mecs seuls. Et c’est là qu’on a vu descendre, seule, une super femme brune.

I – Renata ?

R – Oui. Sur le moment, franchement tout le monde s’est retourné. Elle était grande, bien roulée, très jolie de visage. Les gars n’y ont vu que du feu. Mais quand elle s’est approchée du gangbang, elle a dit un bonsoir, d’une voix assez grave. Les mecs qui voulaient déjà se la faire, ont eu un pas de recul.

Rencontre avec le 3ème sexe

I – La réaction a été violente ?

R – Assez oui. La plupart des mecs seuls prenait un air dégoûté. Mais Renata s’en foutait. Elle devait être habituée. En fait, la moitié des hommes a choisi de l’ignorer. Je soupçonne que l’autre moitié était intéressée, mais personne ne voulait s’afficher. Moi, j’ai pris le troisième parti. Celui de la draguer ouvertement.

I – Une drague facile ?

R – Honnêtement, oui. On est parti dans un coin-câlin pour faire ce qu’on avait à faire. Quand elle m’a embrassé, j’ai eu la gaule tout de suite. Puis, on s’est déshabillé l’un l’autre. Pour dire vrai, quand j’ai senti sa bite dure contre la mienne, ça m’a fait bizarre. Et puis, Renata m’a sucé. Super bien. Au bout d’un long moment d’attouchements et de caresses, elle m’a mis une capote sur la queue et elle s’est mise à quatre pattes.

I – Tu as réagi comment ?

R – Franchement, très bien. Je trouvais son cul super bandant. C’est bien simple, ce soir-là, nous avons baisé pendant des heures. Et dans à peu près toutes les positions. Par contre, ce qui m’a bêtement surpris, c’est que Renata voulait aussi que je m’occupe d’elle, si tu vois ce que je veux dire…

cul shemale

I – Explique-moi…

R – (il rigole). A un moment, elle a compris que j’allais jouir. Là, elle m’a tendu son sexe. Elle voulait que je la suce. Honnêtement, c’était la première fois que je suçais une queue.

Admirateur de shemales

I – Tu étais amoureux ?

R – Sans doute un peu. Mais, entre temps, Renata m’a présenté pas mal de ses copines shemales. Franchement, j’ai trouvé la plupart de ces transsexuelles aussi belles qu’excitantes. Et puis, elle est repartie dans son pays, pour arranger les choses avec sa famille. Et moi, je me suis retrouvé seul dans un milieu de personnes du 3ème sexe.

I – Donc, depuis, tu ne couches plus qu’avec des shemales ?

R – Non, j’aime toujours les femmes. Mais c’est vrai que les transgenres sont tellement excitantes. J’adore ce côté androgyne, ce mystère. Je suis devenu accroc aux femmes du 3ème sexe. Par contre, je suis uniquement actif. Je les suce, je les branle, bien sûr, mais ça ne va jamais plus loin de ce côté là.

I – Et l’amour dans tout ça. Tu te verrais en couple avec un transe ?

R – Pourquoi pas ? Je crois que je ne suis pas fait pour la vie de couple. Mais si, un jour, une femme ou une shemale me fait changer d’avis, je n’ai aucune honte par rapport à ça. J’ai vécu de belles histoires d’amour avec des shemales. Mais je suis infidèle.

http://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/admirateur-shemales.jpghttp://www.sexplorateur.com/wp-content/uploads/admirateur-shemales-150x150.jpgIndiana toute seuleinterviews3ème sexe,clubs libertins
Une de mes amies, que j'ai connue garçon quand nous étions jeunes, m'a parlé des admirateurs de shemales. Il s'agit d'hommes qui voue une passion pour les transgenres et pour les personnes du 3ème sexe. Intriguée, je lui ai demandé si elle pouvait me présenter l'un d'entre eux. C'est...